jeudi 8 mai 2014

Nuit noire, étoiles mortes de Stephen King

Année d'édition : 2014
Edition: le livre de poche
Nombre de pages : 624
Quatrième de couverture :
1922
Un fermier du Nebraska assassine sa femme avec la complicité de leur fils pour l'empêcher de vendre sa propriété à un éleveur de porcs.
Le début d'une véritable descente aux enfers dans un univers de violence et de paranoïa.
Grand Chauffeur
Un auteur de polar se fait violer sauvagement au bord d'une route. Rendue à moitié folle par l'agression, elle décide de se venger elle-même de l'homme et de son effrayante complice...
Extension Claire
Un homme atteint d'un cancer, fait un pacte faustien avec un inconnu : en échange d'un peu de vie, il vend un ami d'enfance dont il a toujours été jaloux pour souffrir (ô combien !) à sa place...
Bon Ménage
Une femme découvre par hasard qu'elle vit depuis plus de vingt ans aux côtés d'un tueur en série. Que va-t-il se passer maintenant qu'il sait qu'elle sait...


Ce recueil de Stephen King a su combler toutes mes attentes. Chacune des nouvelles possède une force et un caractère qui lui est propre et pour moi l'effet est réussi même si j'ai trouvé qu'elles n'étaient pas toutes du même niveau.

1922.

Wilfried est un fermier qui vit avec sa femme et son fils en toute simplicité. Lorsque son épouse hérite de terres et qu'elle souhaite les vendre pour ouvrir une boutique en centre-ville, Wilfried refuse catégoriquement et parvient à rallier leur fils à sa cause. Mais sa femme ne va pas se laisser faire et le fermier n'aura d'autres choix que de l'assassiner avec la complicité de son fils. Seulement, son acte va avoir des conséquences qu'il n'avait pas prévues.


1922 est une excellente nouvelle. Si au départ on a du mal à voir ce que va en faire Stephen King, peu à peu on comprend que l'auteur a envie de torturer son personnage. La complicité de Wilfried et de son fils apporte une touche de douceur dans l'obscurité de l'histoire où il est tout de même question de meurtre. Chaque personnage tombe peu à peu dans la folie, l'un par amour pour une jeune fille et l'autre par culpabilité face à la disparition de sa femme et au changement de son fils. Le tout est très bien rendu, au point qu'on frissonne dès que les rats apparaissent et décident de tenir le rôle principal de la nouvelle. On vogue ensuite entre vision et réalité avec Wilfried qui commence à perdre pied surtout lorsque son fils commence à dérailler et à agir d'une manière qui le met en danger. On s'attache à Wilfried, mais en même temps on souhaite que quelqu'un découvre enfin ce qu'il a commis comme crime afin qu'il retrouve sa tranquillité d'esprit. D'un homme simple, il devient quelqu'un de fou et de torturé qui ne va cesser de perdre la tête, perdant tout ce qu'il possédait à cause d'une décision qu'il a peut-être prise trop rapidement.



Grand Chauffeur.

Tess est une écrivain qui donne quelques conférences dans de petits villages paumés. Lorsqu'elle repart de l'un de ces villages, elle décide d'écouter Ramona la bibliothécaire qui lui conseille un raccourci. Sur le chemin son véhicule est accidenté et Tess est violée par un géant qui la laisse pour morte dans une vieille canalisation avec d'autres corps. La jeune femme finit par rentrer chez elle et prépare un plan afin de se venger.



Grand Chauffeur est la nouvelle qui m'a le plus séduite. Déjà le thème du viol est un thème fort et qui marque les esprits. Stephen King nous propose une histoire où le surnaturel n'a pas sa place, mais où la folie de l'héroïne suite à son viol est palpable. La pauvre jeune femme finit par entendre son chat lui parler et lorsqu'elle prépare sa vengeance, elle ne fait pas les choses à moitié. J'ai apprécié son courage et j'ai trouvé quasi normal qu'elle décide de s'en prendre ainsi à son violeur et à ses proches. Et c'est ça qui est troublant, c'est qu'en tant que lecteur on la soutient dans sa quête d'une vengeance meurtrière qui pourrait la perdre.



Extension Claire.

Streeter  aurait pu tout avoir pour que sa vie soit magique. Seulement, lorsqu'on lui annonce qu'il a un cancer en phase terminale, il se sait condamné. Découvrant par hasard un étrange marchand ambulant, Streeter se laisse charmer lorsque ce dernier lui propose une extension de vie. Mais en échange, il doit désigner quelqu'un qui à l'inverse se verra avoir quelques problèmes dans sa vie. Streeter lâche alors le nom de son meilleur ami dont il est jaloux depuis leur jeunesse. 



Extension Claire est une nouvelle qui fait froid dans le dos. Streeter est un homme qui se sait condamner et qui si au début ne croit plus en sa bonne étoile, finit par se réjouir de voir sa vie ainsi changer au contraire de celle de son meilleur ami dont les pires tourments vont la transformer de parfaite à désastreuse. Streeter va alors enfin découvrir les joies d'une vie où tout lui sourit et si on est tout de même ravi pour lui, on est inquiet devant les problèmes que va cumuler son ami. Surtout que Streeter semble complètement insensible face à la détresse de son copain qui va tout perdre. La maladie est aussi un thème difficile dans le sens où à un moment donné on connait tous quelqu'un de proche ou non atteint d'un cancer. Cela rend la nouvelle réaliste même si le surnaturel est tout de même présent, à petite dose. Courte, mais efficace, Extension Claire étonne et nous prend aux tripes.



Bon ménage.

Darcy est heureuse en couple. Jusqu'au jour où par accident elle découvre dans le garage la boîte de Pandore, celle qui va à tout jamais la changer. La boite contient en effet les preuves que son époux est un tueur en série réputé et toujours recherché par la police. Lorsque son époux comprend qu'elle sait qui il est, il ne nie pas et lui avoue tout. Darcy va alors tenter de faire l'impasse sur sa découverte, mais peu à peu, elle va se sentir rongée par le meurtre d'un enfant que son époux a commis. 



Bon ménage est la nouvelle dont j'attendais le plus, surtout lorsque l'on sait qu'elle sera bientôt adaptée en film. Pourtant, je dois bien avouer que j'ai été un peu déçue du contenu. Si l'histoire est originale et son traitement est efficace, je voulais davantage me sentir dans la peau de Darcy et ressentir toutes les émotions que l'on pourrait avoir en faisant pareil découverte. Elle semble tout prendre plutôt bien surtout lorsqu'on se dit que son mari est un violeur et tueur depuis presque vingt ans et que cela semble ne pas l'affecter plus que ça. Bien sûr, Stephen King nous surprend sur la fin et on ne s'attend pas à ce que Darcy finisse par agir de cette manière. Un début un peu longuet, mais un final qui rattrape tout.



À la dure.

Brad se rend à son travail comme à son habitude, laissant sa femme dormir puisqu'elle est malade. Mais très vite, on se rend compte que son comportement n'est pas habituel.

À la dure est une nouvelle qui surprend dans le sens où ne s'attend absolument pas au final. Tout au long, je me suis demandé pourquoi Brad fait une telle fixation sur son épouse tandis que les habitants de son immeuble vont eux une fixation sur une odeur dans l'immeuble qui les gêne. Alors comme la nouvelle est courte, on se retrouve vite face à la découverte du secret de Brad et on ne peut s'empêcher de frémir devant le sang-froid dont il fait preuve, mais surtout face à la folie qui l'habite.



Au final, je dirais que ce recueil nous permet de découvrir la folie de plusieurs personnages à des degrés différents et ce fut une lecture intense et que je garderais en mémoire longtemps ! Une belle surprise une fois de plus avec Stephen King !


Ma note : 9/10



Autres romans de l'auteur :

http://lesvictimesdelouve.blogspot.fr/2014/04/la-part-des-tenebres-de-stephen-king.html http://lesvictimesdelouve.blogspot.fr/2014/02/221163-de-stephen-king.html http://lesvictimesdelouve.blogspot.fr/2011/10/differentes-saisons-de-stephen-king.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laisser une trace!