dimanche 6 avril 2014

Le cycle d'Ender, tome 1 : La stratégie Ender de Orson Scott Card

Année d'édition : 2013
Edition: j'ai lu
Nombre de pages : 380
Quatrième de couverture :
Il y a cinquante ans, la flotte terrienne a réussi â repousser l'attaque des doryphore... Aujourd'hui pourtant, une nouvelle invasion menace. Un programme militaire pour la formation des futurs commandants de la flotte est en cours, mais le temps est compté. Parmi les élèves-officiers - Tous des surdoués, Andrew Wiggin, dit Ender, focalise toutes les attentions. Appelé a devenir un puissant Stratege, il est le jouet des manipulations supérieurs depuis sa naissance... Et cela le dépasse. Car c'est entre ses mains que repose le sort de l'humanité. et Ender n'a que six ans.







Ender est un jeune garçon dont les capacités militaires sont très vite décelées par un programme militaire qui pense que leurs ennemis de toujours les Doryphores vont très vite attaquer à nouveau. Ender devient donc un objet manipulé par les hauts dirigeants du programme qui voit en lui un leader qui parviendra à leur faire gagner enfin la guerre.

La stratégie d'Ender est un premier tome particulier. Certes, c'est un classique de la science-fiction, mais à mes yeux je lui ai trouvé autant de défauts que de qualités. Beaucoup penseront que je n'ai pas compris ce roman ou que je ne l'ai pas apprécié comme il se faut, mais je dois bien avouer que je me suis royalement ennuyée pendant ma lecture. Raison pour laquelle je ne poursuivrais pas la saga et que je ne regarderais pas le film qui de toute façon ne me tente absolument pas.

Concernant ce premier opus, je dois bien avouer que déjà j'ai quelques difficultés avec la SF. Si certains romans ont su trouver grâce à mes yeux, la stratégie d'Ender m'a semblé particulièrement lent et long. La grosse moitié du roman est assez répétitive avec la découverte du héros et des cours qu'il va prendre pour devenir ce leader qu'on attend tellement. Il ne se passe pas grand-chose, on découvre les choses avec le personnage qui en plus semble totalement dépassé par les événements. Il est mou, un peu fier et a beaucoup trop confiance en lui ce qui me l'a rendu très antipathique !

Alors oui, Ender va endurer beaucoup de la part des autres élèves après avoir subi la haine et la jalousie de son grand frère, mais cela n'excuse pas cette façon qu'il a de se sentir supérieur à tout le monde et d'être sur d'être le plus doué. Alors, la première partie m'a fait l'effet d'un somnifère tandis que la seconde partie m'a paru tellement plus intéressante lorsqu'on entre dans le vif du sujet. Surtout qu'on voit notre héros évoluer et c'est ce qui est le point fort de ce premier tome. D'un gamin de six ans, il devient un jeune homme de vingt ans qui a appris à avoir encore plus confiance en ses capacités. La guerre avec les Doryphores m'a semblé trop peu exploitée dans ce roman, alors que c'est tout de même l'ennemi numéro un et la raison qui pousse les militaires à exploiter des enfants de cette manière.

Au final, on a là un roman de SF sympa, mais qui à mes yeux n'a rien de transcendant. Je ne suis peut-être pas le public adapté pour ce roman.  


Ma note : 7/10


3 commentaires:

  1. le film me tente bien... mais mon conjoint à peur de la réalisation de ce monument de la science-fiction. Et je suis d,accord avec lui, souvent la réalisation de ce genre de roman peut-être un flop quand on retouche au classique !

    RépondreSupprimer
  2. J'ai lu ce livre et je l'ai beaucoup aimé. Pour moi, plus qu'un roman sur la guerre (ce qui peut expliquer l'absence des doryphores), c'est avant tout un livre sur la manipulation, sur la limite entre le jeu et la réalité (et c'est bien pour ça qu'ils recherchent des enfants).

    RépondreSupprimer
  3. j'ai beaucoup aimé cette lecture! j'ai trouvé l'intrigue très fine!

    RépondreSupprimer

Laisser une trace!