vendredi 11 avril 2014

Cimoc tome 5 de Lim Dall Young

Année d'édition : 2013
Edition : doki doki
Nombre de pages : 192
Public visé : Adulte
Nombre de tomes : 5
Quatrième de couverture :

Kôta Inamine débarque à Tokyo pour réaliser son rêve : devenir mangaka. Mais ses premières planches ne sont guère appréciées et ses jobs d’assistant dessinateur finissent en fiasco. Alors que Kôta plonge dans le désespoir, il apprend que son envahissante voisine est aussi rédactrice en chef d’un magazine de manga ! La roue du destin va-t-elle enfin commencer à tourner pour Kôta ? Deviendra-t-il un grand mangaka ?




Kôta continue de bosser sur sa mini-série. Avec son assistante Chika, il est certain de pouvoir enfin devenir un professionnel. Alors quand on lui propose d'avoir un coup de main de la part d'une grande scénariste, Kôta accepte et se montre ravi. Pendant ce temps, Sayaka découvre les photos compromettantes de sa nuit alcoolisée avec Kôta et il lui faut faire un choix qui peut être déterminant pour l'avenir du jeune homme. 

Nous voici enfin face au dernier opus de la sage Cimoc. Notre héros a bien évolué depuis ses premiers pas dans le milieu du manga. Son talent commence à être reconnu et apprécié par ses lecteurs et il parvient maintenant à rendre plus vivants ses dessins et ses histoires. Il est d'ailleurs plus sûr de lui et de ses compétences, même si avec les filles cela reste aussi plat et calme jusqu'à la révélation finale qui se déroule cinq ans plus tard. Hinata reste égale à elle-même, toujours à se dévêtir ou à chercher de nouveaux talents pour son magazine, et j'avouerais que son personnage ne m'a pas tellement plu à l'inverse de Miki et de Sayaka, deux héroïnes totalement différentes, mais que j'ai adoré. 

Pas de grosses surprises dans ce dernier tome, on sent que l'auteur aurait pu pousser davantage l'intrigue, mais qu'il a préféré se limiter à cinq opus et surtout laisser ses héroïnes prendre le beau rôle. Ce fut donc une série qui se lit bien, mais qui manque de profondeur et qui nous laisse sur notre faim. 

Ma note : 8/10 




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laisser une trace!