lundi 16 septembre 2013

Pamphlet contre un vampire de Sophie Jomain

Année d'édition : 2011
Edition: Rebelle
Nombre de pages : 360
Public visé : Adulte
Quatrième de couverture :
S’il y a bien un truc qui m’agace, ce sont les romans à l’eau de rose sauce vampire. Mais qu’ont-elles, à la fin, ces amoureuses de Dracula d’opérette ? Ça ne tourne vraiment pas rond chez elles et ça commence à bien faire ; il est grand temps de rétablir la vérité : les vampires n’existent pas. Comment ça, « et s’ils existent ? » ? Eh bien, s’ils existent, je vais m’occuper de leur refaire le portrait, ça changera ! Je vais jeter sur mon blog un pamphlet ; un pamphlet contre les vampires. Et si, par le plus grand des hasards, un certain Hugo Rivoire – un garçon aussi mignon qu’effrayant – décide de me faire fermer mon clapet, il trouvera à qui parler ! Parfaitement ! Sauf que mon petit doigt me dit que je risque de le regretter…




Satine est une adolescente comme les autres. Blessée à une jambe, elle voit sa meilleure amie sombrer à cause de son obsession pour les vampires et tout ce qui s'y rapporte. Satine n'en peut alors plus et décide de publier sur son blog un pamphlet contre les vampires pour briser cette image de séducteurs qu'ils ont et surtout pour que Carla, son amie, prenne enfin conscience qu'ils n'existent pas. Mais en publiant son article, Satine découvre que plusieurs élèves de son lycée sont furieux après elle et n'attendent plus qu'une chose : qu'elle enlève son pamphlet du net. Satine est tenace et elle ne se laissera pas malmener par de prétentieux garçons !

Pamphlet contre un vampire est un bon roman YA. Le début nous permet d'être de suite immergés dans la peau de Satine, cette adolescente rebelle et au fort tempérament. Elle n'aime pas se laisser malmener par qui que ce soit et entend bien se faire entendre lorsqu'elle pense quelque chose. C'est donc tout naturellement qu'elle a des ennuis lorsqu'elle décide de se moquer des vampires qui sont à la mode. Et si les vampires n'avaient rien d'aussi séduisant que ce que l'on croit ? Très vite Satine s'inspire du cas de sa meilleure amie qui croit en l'existence des vampires pour tenter de persuader tout le monde qu'ils n'existent pas et que si c'était le cas, ils ne ressembleraient pas aux héros de Twilight. 

Toute cette première partie avant la révélation est donc centrée sur l'humour et la moquerie de cette nouvelle génération de vampires et c'est la partie que j'ai vraiment le plus apprécié. J'ai trouvé ça léger et très drôle de voir enfin un roman qui décide de dire ouvertement que non les vampires ne sont pas végétariens ! Sophie Jomain décide donc d'exploiter les nouveaux traits de caractère des vampires pour les tourner en dérision et j'ai trouvé ça très drôle. Seulement, trop tôt on se rend compte que les vampires existent dans l'univers de Satine et c'est ce qui m'a un peu déçue, même si j'ai toujours apprécié ma lecture.

Les vampires que Satine critique tant se révèlent exister et être comme elle le craignait quoique non végétariens et très manipulateurs. Ils ne sont ni mièvres ni trop doux et n'agissent pour la plupart que dans leur intérêt. Jusque-là j'appréciais grandement l'univers, mais lorsque Satine craque à son tour pour un vampire, mon intérêt est tombé puisqu'on se retrouve avec le schéma habituel des romans YA qui mettent en scène des vampires. Trahison, rupture, révélation, mise en confiance... tous les ingrédients y passent. Forcément sur le coup, ça m'a beaucoup ennuyée. Mais peu à peu, le caractère fonceur de Satine a réussi à me combler et j'ai mis de côté la romance puisque sur le fond l'auteur nous propose plus qu'une simple amourette.

La relation Satine/Hugo est très difficile et parfois un poil trop mélodramatique, mais j'ai aimé que l'héroïne ne se laisse pas tellement manipuler et qu'elle décide elle-même de ce dont elle a envie ou non. Hugo le vampire sombre et peu bavard. Celui qui cache ses émotions afin de la préserver. (Même si je me demande toujours comment des vampires centenaires parviennent à tomber amoureux d'adolescentes toutes fabriquées sur le même moule. C'est un peu du détournement de mineur non ?)

En bref, pamphlet contre un vampire est un roman fort sympathique qui plaira avant tout aux amatrices de romances vampiriques jeunesse. Je lui ai préféré Félicity Atcock pour ma part, bien plus adulte !

Ma note :




2 commentaires:

  1. La quête de Satine contre les "vampires de romance" et l'ironie de cette histoire m'ont beaucoup plu : j'ai passé un excellent moment avec ce roman ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je pense que oui l'humour et l'ironie aident à apprécier ce roman ^^

      Supprimer

Laisser une trace!