dimanche 29 septembre 2013

Berazachussetts Leandro Avalos Blacha

Année d'édition : 2013
Edition : Folio SF
Nombre de pages : 208
Public visé : Adulte
Quatrième de couverture :
Berazachussetts ? Une ville argentine tout sauf tranquille. Une zombie punk et obèse erre en quête de chair morte et de bière fraîche. Une milice en fauteuils roulants menée par une gamine paralytique détestable fait régner la terreur. Des fils à papa désoeuvrés mettent en scène des viols et publient les vidéos sur Internet. Quant aux pingouins dans leurs chambres froides... s'ils n'étaient pas là, à chaque coin de rue, la ville serait tout de même moins chic...






Dora, Milka, Beatriz et Susana sont quatre institutrices retraitées qui ont décidé de vivre ensemble. Toute veuve, un jour elle découvre le corps inerte de Trash, une punk obèse. Les quatre femmes vont alors décider de l'emmener avec elles afin de lui offrir un toit pour la nuit, chose qu'elles ne font jamais. Mais lorsque Trash va se réveiller, il sera alors impossible de discuter avec elle. Ce n'est que lorsque Susana tue un homme et le ramène à l'appartement que les femmes découvrent le péché mignon de Trash : la chair humaine et la bière. Le groupe qui se pensait soudé, va vite se rendre compte qu'à Berazachussetts, c'est chacun pour soi et pas autrement !

Berazachussetts est un roman vraiment atypique. Très drôle et à prendre au second degré, le roman dépeint une vie typique d'Amérique du Sud où les gens les plus influents sont ceux qui ont le plus d'argent. Sous satire d'un mode de vie assez primitif et dangereux, l'auteur nous propose un voyage déroutant et complètement barje où se côtoie un tas de personnages tous plus fous les uns que les autres. 

Déjà, nos quatre héroïnes n'ont franchement rien d'enviable. Plutôt grosses et laides, elles n'aident personne et font preuve d'égoïsme à toute épreuve. Susana qui est poursuivi par le fantôme de son défunt époux qu'elle a elle-même assassiné, perd complètement la tête et ferait mieux de se faire internet. Beatriz, la plus fragile ne supporte plus cette vie de faux-semblant et à plusieurs reprises, elle va montrer à quel point elle n'attend plus rien de la vie. Milka de son côté va s'en aller à la recherche de son homme idéal et ce n'est que lorsqu'elle fait la connaissance d'un homme violent avec son épouse et rustre, qu'elle va voir en lui l'homme qu'elle attend depuis si longtemps. La plus folle à lier c'est Dora. Extravertie, narcissique (alors qu'elle n'a aucune raison de l'être vu le portrait physique qu'en font les gens) elle va très vite prendre dans ses filets l'homme le plus influent de la ville et transformer le quotidien de ce dernier en film burlesque. C'est une femme désagréable et opportuniste qui finit par dominer tout son petit monde.

À côté de ses quatre monstres, il y a Trash, la zombie punk qui serait presque la plus humaine de toutes. Elle ne cherche pas à manger tout le monde, mais plutôt à se trouver un passe-temps. Elle s'ennuie et tente de comprendre ce qu'il se cache dans cette ville où tout le monde est fou.
Berazachussetts est une ville atypique où l'on n’a absolument pas envie d'aller vivre ! Entre des violeurs qui se promènent la nuit et filment leur méfait avant de tuer leur victime, un groupuscule de zombie qui rêve de lancer une guérilla dans la ville et une psychopathe en fauteuil roulant que tout le monde craint, votre voyage sera mouvementé, je vous le garantis ! Il n'y a aucun personnage pour rattraper l'autre, aucune bonté dans les actions de chaque protagoniste. C'est un florilège de monstres tous presque humains qui ne se rendent absolument pas compte du ridicule de la situation. 

L'auteur à travers son histoire nous stimule et nous propose un univers fort marqué par la bêtise et la rancune des gens. Une lecture parfaite pour se détendre si ce n'est qu'elle souffre de n'avoir qu'un seul chapitre.

 Pour ma part, j'ai vraiment trouvé ce roman extra parce qu'il innove au niveau des zombies et nous propose une zombie qui n'est pas méchante, mais pas gentille pour autant. (Suffit de voir le sort qu'elle réserve aux pingouins). Le final est grandiose et conclut en beauté ce théâtre coloré et fou !

Ma note : 8.5/10


3 commentaires:

  1. Je n'avais jamais lu un quatrième de couverture aussi déjanté et ton article a l'air de confirmer qu'on a affaire à un roman complètement barré… Ca a l'air génialissime !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. en effet c'est génial ! Je le recommande vivement ^_^

      Supprimer
  2. Oh j'avoue que ce roman m'Intrigue beaucoup... je le note !!!

    RépondreSupprimer

Laisser une trace!