mardi 16 juillet 2013

Medieval SuperHeroes de Olivier Boile

Année d'édition : 2012
Edition : Nestiveqnen
Nombre de pages : je complèterai plus tard
Public visé : Adulte / Young Adult (à mon avis, les deux peuvent s'éclater avec !)
Quatrième de couverture :
Nouvelle-Courbevoie, XXIe siècle – Orlando a tout quitté : son devoir de super-héros et son XIVe siècle natal. Il vend maintenant des pizzas en banlieue parisienne et se persuade qu'il n'aura jamais à retourner dans ce Moyen-Âge plein de maladies, de guerres et de gueuses…
Mais c'est sans compter sur ses anciens compagnons : les super-héros médiévaux, et sur le retour de la Peste Noire...





Orlando est un vendeur de pizza en banlieue parisienne. En colocation avec Sammy, un homme qui semble-t-il n'a aucun but dans la vie, ni aucune passion, Orlando jongle entre son boulot et sa relation avec Diana, une belle femme un peu dépressive. Pour lui, son passé n'existe plus ! Et pour cause, Orlando s'appelait autrefois Alban le blanc, un superhéros du moyen-âge qui combattait le mal comme nul autre. Lui qui pensait en avoir fini avec sa tenue blanche, découvre que ses anciens alliés sont venus le chercher à son époque pour l'emmener au XIV siècle où un danger les guette autant qu'il guette le XXIe siècle.

Olivier Boile nous propose ici un one shot de fantasy humoristique vraiment sympathique ! Écrit avec fluidité et beaucoup d'humour, les superhéros de Medieval SuperHeros n'ont pas fini de vous amuser !

C'est d'ailleurs l'un des principal atout de l'auteur. La manière qu'il a de toujours parvenir à ajouter une pointe d'humour par-ci et un clin d'oeil geek par là ne peut que ravir les amateurs du genre.
L'immersion dans l'univers se fait rapidement, car l'auteur prend le temps de nous expliquer qui sont les personnages et quel est leur rôle, même si pour certain c'est beaucoup plus flou. À ce sujet, j'ai adoré la galerie de personnages présentée en début de roman qui a très bien illustré nos héros. (Les bons comme les mauvais).

Ce roman qui joue sur deux époques bien différentes offre beaucoup de renouveau à la fantasy. Sans se prendre au sérieux, il utilise pourtant des faits marquant ou important pour toute notre génération ou les précédentes. (La peste, la victoire des bleus en 98, le départ de Tarja du groupe Nightwish...). À côté de l'humour bien présent, on assiste à la mort de dizaine de centaines de personnes que ce soit des soldats ou des victimes de la peste, toujours traitée de la même manière, moitié amusante, moitié sérieuse. L'auteur nous en met plein la vue et offre des moments intenses et très bien écrits.
Du coup, on se croirait réellement devenu nous-mêmes un super-héros aidant nos protagonistes à protéger la veuve et l'orphelin, même si c'est davantage la veuve pour certains héros !

En 300 pages seulement, le roman nous rend accros à cet univers déjanté qui par certains côtés m'a rappelé l'excellent Pratchett ! On rit aux dépens de nos héros, mais surtout on souhaite les voir réussir leur nouvelle et dernière quête !

Une histoire énorme et un style agréable ne font pas pour autant un bon roman. Même si certains passages m'ont semblé un peu plus longuets (principalement ceux avec comme personnage le pape), l'auteur offre une panoplie de héros hors du commun dans tous les sens du terme ! Bat Moine par exemple m'a juste fait mourir de rire lorsque j'ai lu sa description et compris d'emblée à qui il faisait référence. Ronan le destructeur est vraiment un barbare, même si pour le coup, c'est son épée qui détient le trophée des répliques les plus tordues et les plus drôles.

En bref, Medieval SuperHeroes est un roman drôle, bourré de clin d'oeil et qui plaira à plus d'un lecteur !

Ma note :




2 commentaires:

  1. Oh c'est ton avis de notre RDV !!! J'étais assez curieuse de connaître ton avis car ce dernier m'avait bien intrigué... Chose certaine, je le note avec joie ! :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et je te le recommande ! il fait passer un super moment !

      Supprimer

Laisser une trace!