jeudi 4 juillet 2013

Clarté, tome 1 : L'étreinte du vampire Vanille Foutry

Année d'édition : 2010
Edition : Mon Petit Editeur
Nombre de pages : 2012
Public visé : Adulte
Quatrième de couverture :
"L’homme était en train de me mordre. Pire encore, il était en train de voler mon sang. Alors que cette idée affreuse m’avait brutalement assommée, j’eus la sensation d’avoir été réduite au rang d’une brique de jus de raisin, dans laquelle on avait introduit une paille. Ma tête tournait. Je tremblais de plus en plus. J’avais l’impression que le supplice durait depuis des heures, quand enfin ses dents se retirèrent de mon cou ensanglanté.
— La réponse te satisfait-elle? susurra-t-il à mon oreille."
Lorsque Flore Smirs croisa son regard quelques secondes à peine, elle fut bien loin d’imaginer que cet étrange frisson qu’elle ressentit, n’était que le commencement…

Flore est une jeune femme banale. Ayant décidé de ne pas être comme tous ses amis, la jeune femme n'a jamais écouté ses parents et fait ce qu'ils avaient décidé. Lorsqu'elle fait la connaissance de Russell, Flore est loin de s'imaginer qu'un vampire est tombé sous son charme. Peu à peu un véritable jeu de séduction débute les emmenant tous deux en enfer.

Clarté est un premier opus qui m'a frustrée. Si la première moitié est bien construite, l'autre moitié donne l'impression d'avoir été écrite par quelqu'un d'autre. La plume de l'auteur y est moins soutenue, moins fluide et les tournures de phrases se révèlent plus maladroites.

Chaque chapitre nous met dans la tête de l'un des personnages du roman. Flore se montre capricieuse et têtue, ainsi que trop tête brûlée. Son comportement n'est pas crédible, du coup, puisqu'elle ne cesse de pleurer soit contre son amant, soit après lui. Certaines de ses réactions sont stéréotypées au possible et dignes des adolescentes de treize ans. Du coup, je n'ai à aucun moment réussi à m'attacher à elle, elle se révèle trop changeante.

Russel est encore pire. Si au début, il avait un certain charme de par son langage et son côté vampirique, peu à peu il est devenu comme un adolescent fou amoureux d'une fille trop jeune pour lui. Et si au départ je trouvais intéressant de suivre son évolution avec son psychologue, je n'ai pas compris sa soudaine décision de stopper ses entretiens. Ça ne correspond pas à l'image que je m'étais faite de lui, ni sa soudaine méchanceté à la fin, c'est vraiment caricaturé.

En fait, le problème c'est que la romance est digne des plus mauvaises séries dramatiques. Les je t'aime moi non plus m'ont vite lassée. Le côté chasse du roman avec Lindsay et le passé de Russel avec Antonin aurait dû être davantage exploité, cela aurait donné plus de peps au roman. Moi qui n'ai pas été du tout charmé par les romans tels que Twilight, forcément je n'ai pas été séduite par la romance.

D'autant plus que les dialogues du roman souffrent d'être trop light. Écrire en détail les salutations de l'héroïne à tout un groupe, c'est véritablement indigeste. Du coup, plus le roman se finissait et plus j'étais déçue, car la première moitié du roman se laisse lire et apprécié tandis que la fin se montre décevante et déjà-vu.

Ma note :


 






2 commentaires:

  1. Doh... il est dans ma PAL et je pense bien qu'il prendra encore poussière quelques temps avec un tel avis :-( Tu m'encourage pas trop à le sortir... cela dit, c'est direct et sincère et c'est ce que j,aime chez toi ma belle !!! Avec toi, on a l'heure juste :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci Cocotte ^^ Je préfère dire ce que j'ai pensé d'un roman en toute franchise, ceci dit, les goûts et les couleurs sont différents d'un lecteur à un autre, alors peut-être que tu seras plus réceptive ^^

      Supprimer

Laisser une trace!