samedi 4 août 2012

Chronique de la mort blanche, tome 2 : Noir saphir de Nicolas Cluzeau

Année d'édition : 2012
Edition: archipel
Nombre de pages : 324
Quatrième de couverture :
Au large des grands empires continentaux l'île d'Orlandie, patrie antique des êtres-fées, n'en finit pas de se consumer. Comme si la Mort Blanche, fléau des magiciens et des druides, ne suffisait pas, la guerre civile atteint son point culminant et clame plus de victimes chaque jour.
Endrew, le nouveau Haut Roi, n'a plus que la Marche du seigneur Donnely à écraser pour asseoir sa suprême autorité. Le souverain est confiant, car dans son ombre évoluent les représentants du puissant Empire de Léristère, aux intérêts inconnus, ainsi qu'un esprit corrompu concentré sur sa vengeance.
Mais la résistance s'organise: Deirdre, fille de Donnely, part en quête d'une arme antique qui pourrait détruire Endrew. De leur côté, Arline et Sean ont découvert, grâce aux sortilèges de la Tour d'Émeraude, le moyen de mettre un terme à l'épidémie. Mais la tâche n'est pas de tout repos. Pour les deux jeunes magiciens atteints par la Mort Blanche, le temps est compté...



J'avais beaucoup apprécié la lecture du premier tome. J'avais donc hâte de lire la suite et de voir la tournure des événements. Cela dit, j'avoue avoir moins apprécié ce second opus. Je ne parvenais pas à entrer dans le roman. Il y a des périodes où c'est comme ça parce qu'en y réfléchissant, je n'ai trouvé que peu de défauts à ce roman. Aussi je pense que c'est moi qui ne devais pas être dans de bonnes dispositions pour savourer tout le contenu qu'avait à nous proposer Monsieur Cluzeau.

Le style de l'auteur est fluide. Je n'ai rien à lui reprocher. Les dialogues arrivent aux bons moments, les descriptions sont soignées, les scènes d'actions bien écrites pour paraître cohérentes. Pourtant, j'ai eu une certaine difficulté à tourner les pages de ce roman que j'ai lu en plusieurs jours (en faisant une petite pause pour tenter de me remettre dans de bonnes dispositions pour le savourer comme il se devait). Aussi je n'arrive pas à comprendre pourquoi je n'ai pas tourné les pages plus rapidement.

L'histoire avance par rapport au premier tome. Attention il est possible que je spoile légèrement étant donné que c'est un second tome ^^ .
On suit donc l'avancée de cette bataille qui se profile dans le premier opus avec un quart du roman qui se concentre sur une bataille plutôt navale. J'ai apprécié ce passage, mais je l'ai trouvé un peu long. À côté de cette guerre qui débute, on suit plusieurs autres groupes de personnages qui eux luttent contre la maladie de la mort blanche ou souhaite tuer le nouveau Haut Roi qui a débuté la guerre. L'auteur nous permet d'en savoir davantage sur les conséquences de cette maladie et de la guerre que ce soit au niveau politique ou humain, mais je n'ai pas réussi à me sentir vraiment concernée par tout ce qu'il se passait dans ce second opus. Je le lisais un peu sans être dedans et sans vraiment prendre en compte tout ce qui était dévoilé. C'est dommage parce que j'adore ce genre de roman qui n'épargne personne et où l'auteur nous fait découvrir un univers riche et vaste où on parvient même à s'attacher aux personnages les plus antipathiques.
Les seuls passages qui me captivaient c'étaient ceux mettant en scène le groupe de magicien parce que je souhaitais comme eux, trouver un remède à cette étrange maladie qui détruit le peuple magique. Heureusement, je pense que l'auteur a su alterner grâce à ses chapitres les événements du récit puisqu'on alterne ici entre chaque groupe pour bien comprendre l'étendue des effets de cette bataille.
Par contre, il y a bien une chose que j'ai beaucoup appréciée c'est la fin de ce second tome. Wahou! Là, ça donne envie de lire la suite ! Quel rebondissement ! Quelle tragédie ! Pourquoi l'auteur fait-il toujours mourir des personnages qu'on apprécie ? Rha quel sadisme ! lol.

Des personnages, à part Parshah que j'ai vraiment adoré une fois de plus, je n'ai eu aucun autre coup de coeur. Certes, Endrew me plait beaucoup malgré sa folie et son ambition démesurée, mais il est humain et agit en tant que tel. Deirdre a un rôle capital et il est bien dommage de voir ce qui lui arrive ! Ijane est toujours aussi mystérieuse et j'aurais aimé que les personnages aient davantage d'âme et de coeur. Je pense que c'est ça qu'il manque au roman. Les héros sont crédibles et bien construits, mais on a l'impression qu'ils sont des automates et de ce fait on n'arrive pas à en apprécier plus certains que d'autres ! Dommage !

En bref, c'est un bon second tome, mais il m'a manqué ce petit plus qui aurait pu me le faire vraiment apprécier. J'aurais voulu retrouver Lorcan que j'appréciais tant et ne pas voir un autre personnage mourir comme ça ! Un second tome qui plaira à ceux qui ont su apprécier le premier opus !

Ma note : 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laisser une trace!