lundi 9 avril 2012

La Fin d'un monde, tome 1 : L'étrange fillette de Montana Lee Erevan


Année d'édition : 2010
EditionPersée
Nombre de pages : 148
Quatrième de couverture : L'an 2015 est bien entamé et ce mois d'août est, encore une fois, caniculaire à Kaboul...
Colonel dans l'armée américaine, James Cunnigan est en poste sur la base de Kaïa. Les Talibans viennent, une nouvelle fois, de faire parler d'eux en prenant la ville de Kandahar, le berceau qu'ils désiraient tant retrouver. Face à ce coup dur, une mission spéciale est orchestrée dans le plus grand secret afin de libérer la ville. James doit diriger les opérations avec un vieux frère d'armes... Tous deux devront jouer les nounous en prenant sous leurs ailes une journaliste au tempérament rebelle et son cameraman dépêchés sur place par le président des Etats-Unis afin de couvrir cette bataille qui lui ferait un sacré coup de pub en cas de succès.
Mais les événements vont prendre une tout autre tournure et nos intrépides aventuriers doivent se rendre compte que cet acte terroriste cache en fait un plan diabolique dont ils sont loin d'imaginer l'enjeu !

Mon avis :
Je tiens en premier lieu à remercier le forum un monde imaginaire et les éditions Persée pour m'avoir permis de découvrir ce premier opus. Malgré une quatrième de couverture alléchante, je ressors déçue par ma lecture.

Le style de l'auteur m'a beaucoup troublé. Les descriptions physiques des personnages sont extrêmement rares, tandis qu'il peut en deux pages nous décrire un hummer ou un bâtiment, chose à mes yeux moins importants puisque j'ai eu beaucoup de mal à visualiser les héros.  Il faut déjà savoir que le roman est très court moins de 160 pages, aussi si on peine à savoir de quoi ont l'air nos personnages, je trouve que cela diminue l'intérêt du lecteur pour l'intrigue.
De plus j'ai eu beaucoup de mal aussi avec les dialogues qui sont un peu surjoués.

De l'histoire je l'ai trouvé très plate. C'est long à démarrer et c'est rempli d'archétype comme le soldat viril et qui n'a pas peur du danger. Les talibans sont aussi dépeints de manière assez caricaturale et la guerre décrite dans ce roman est dans l'ensemble médiocre et très peu crédible j'ai trouvé. C'est vraiment dommage parce qu'il y avait matière à faire de ce roman un excellent premier tome, mais c'est tellement lent à démarrer et l'action est tellement rapide qu'on a davantage le droit à des pages de descriptions ennuyeuses qu'à de belles scènes de guerre. Alors ce roman se dit de science fiction, je ne suis pas tout à fait d'accord. A part quelques gadgets sophistiqués, et encore, cela existe déjà à notre époque pour la plupart, ça manquait de nouveauté. Le seul point intéressant, c'est cette fillette qui apparaît dans les rêves de certains de nos héros. Mais le roman va tellement vite, que cette fillette apparaît comme un cheveux sur la soupe et ne nous étonne même pas. Jusqu'à la fin on se sent en retrait vis à vis du roman. On est pas dedans, il manque de quelque chose pour vraiment nous faire apprécier. 
Je n'ai encore vu aucun avis sur ce roman qui apparemment est resté un peu dans l'ombre et j'espère que d'autres lecteurs le découvriront afin de voir éventuellement si ce roman n'est pas fait pour moi, simplement.

Au niveau des incohérences, il y a tout d'abord notre héros qui se fait plutôt bien amoché, mais qui deux jours après sort de l'hôpital et décide de retrouver sa femme et son fils, sans les prévenir, après une absence de six mois et monsieur, tout ce qu'il trouve à faire après avoir retrouvé ses proches, c'est monter dormir. Enfin je ne sais pas mais six longs mois sans voir sa femme qui est décrite comme parfaite physiquement, je pense que tout homme normalement constitué honorerait celle-ci comme un véritable époux. Surtout que dès le lendemain après une journée pêche accordé à ses proches, notre héros James, va passer son temps avec une journaliste qu'il ne laisse pas indifférente afin de traquer Wâhid, son ennemi numéro un . Je n'ai pas non plus détesté ce roman mais avec seulement 150 pages, je l'ai trouvé long à lire et sans réel rebondissement au final tout est prévisible et j'aurais aimé que l'auteur se focalise davantage sur ses personnages qui sont très ennuyeux plutôt que sur la descriptions du hummer, d'un hôpital, de munitions ou de Washington D.C. 

Je parais injuste avec ce roman, et ce n'est pas le but, j'essaye de montrer qu'au final, non je n'ai pas lu ce roman comme un roman de science fiction mais comme une encyclopédie, soit longue et pénible à finir. Et puis quand je découvre que l'auteur dans une interviews dit qu'il a mis 4 mois pour écrire son roman et l'envoyer aux maisons d'éditions, j'ai un peu une réponse à ce manque de profondeur.

Ma note : 





2 commentaires:

  1. Ben en voilà un de moins à rajouter sur ma LAL ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui et je suis déçue de ne pas avoir su apprécier mais l'auteur est passé à côté de son idée je trouve ^^"

      Supprimer

Laisser une trace!