mercredi 12 octobre 2011

Vittorio le vampire de Anne Rice

Quatrième de couverture :
 
Vittorio est un jeune noble qui partage son temps entre la Florence des Médicis et les terres de son père dont le château domine la Toscane. Une existence dorée qui lui permet de bénéficier de tous les attraits de la Renaissance italienne, jusqu'au jour où sa famille est massacre par une confrérie démoniaque. Vittorio lui même ne devra sa survie qu'à l'intervention d'Ursula, une vampire d'une stupéfiante beauté.Dès lors, il n'aura de cesse de venger les siens. parti à la recherche des démons pour les exterminer, il rencontre sur son chemin la guerr, les intrigues de cour et toutes sortes de mystères aussi bien sacrés que profanes.Mais attention : celui qui nous raconte cette étonnante histoire est aujourd'hui... un vampire! Que s'est-il donc passé? Comment l'amateur d'art qui dialoguait avec les anges, l'adolescent assoiffé de vengeance a-t-il succombé à la séduction de la nuit?
 




Voilà enfin le premier roman de Anne rice que je lis. Je ne connaissais donc pas son style ni sa façon de narrer les histoires de vampires.
Cependant, j'ai trouver la lecture de ce roman plutôt agréable avec un style assez efficace dans l'ensemble. On est bien dans la peau du personnage et on avance avec lui vers sa nouvelle nature de Vampire. Je me suis vraiment demandée comment il pouvait devenir vampire après toute la haine qu'il éprouve pour eux. Surtout que notre cher ami est l'un des rares a avoir pu communiquer avec des anges. Même si on se demande s'ils ne sont pas juste une illusion de sa folie, car, certes, il a survécu aux vampires mais n'oublions pas qu'avant de le libérer, ils lui ont fait boire de leur sang, pour qu'il devienne fou. Alors les anges, folie ou réalité? Hélas c'est au lecteur de choisir d'après ce qu'il a comprit du texte. Le seul regret que j'ai, c'est que ce roman soit très court et qu'au final il succombe face à la beauté d'Ursula. Le passage dans le monastère est un peu long aussi et très brouillon j'ai trouvé. On a hâte de le voir s'enfuir de là pour retrouver sa "dulcinée".
En bref à lire car court et intéressant.

2 commentaires:

  1. Un très beau commentaire !! :)
    Vittorio est l'un des romans qui m'a le moins plu la première fois que je l'ai lu, j'étais frustrée de ne pas y retrouver les vampires habituels. Mais quelques années après, en le relisant, j'ai pris énormément de plaisir à retrouver la plume délicate d'Anne Rice et ce personnage qui, comme tu l'écris si justement Louve, avait tout pour ne pas aimer les vampires et pourtant...
    C'est paradoxal mais c'est ce qui me plait, j'aime ces personnages qui agissent à l'encontre de ce qu'ils sont, torturés, complexes et qui nous aident à réaliser qu'au fond : personne n'est parfait.
    Nous agissons souvent contre notre nature, nos besoins, nos envies, c'est aussi ça la vie, et quand on voit que les vampires n'y échappent pas, au final ça les rendrait presque humains.
    Bravo pour cette belle chronique ;)

    RépondreSupprimer
  2. merci Van' de ton passage!
    je serais resté encore auprès de vittorio mais Anne Rice a décidé d'en faire un petit roman ^^

    RépondreSupprimer

Laisser une trace!