samedi 15 octobre 2011

Malédiction du sang de Celia Rees


Année d'édition: 2011
Editions : Editions Seuil
Nombre de pages : 249

Quatrième de couverture:
A seulement seize ans, Ellen souffre d'une étrange maladie du sang. Dans la maison londonienne de sa grand-mère, où elle tente de reprendre des forces, sa seule distraction est la lecture des journaux intimes de son arrière-arrière-grand-mère, dénichés dans une malle au grenier. Ellen se plonge avec passion dans le quotidien de cette jeune fille déterminée, élevée par son père médecin, en pleine période victorienne. Avec l'arrivée chez eux d'un comte séduisant, d'une pâleur et d'une étrangeté glaçantes, le destin de la jeune fille bascule...

Au fil des pages, Ellen a l'impression d'être plongée dans un palpitant roman sur les vampires. Sauf que cette histoire est vraie. Sauf que, parallèlement à sa lecture, la jeune fille se sent de plus en plus mal, comme si la malédiction dont avait été victime son ancêtre perdurait dans ses veines...


Mon avis :

Je suis tombée par hasard sur ce roman et la couverture m'a fait de l'oeil. Encore une histoire de vampires mais qui ressemble davantage à Carmilla qu'aux vampires qu'on trouve dans les romans en général.
Tout d'abord j'ai trouvé le style de l'auteur assez banal et donc facile à lire mais toutefois fluide. Un point plutôt positif. 
Quant à l'histoire je me suis profondément ennuyée. Pendant les trois quart du roman on jongle entre le présent d'Ellen et le passé de son arrière arrière grand-mère Ellen, et on a le droit à un peu d'action dans le dernier quart du roman. C'est bien ça le problème du roman. C'est très long à démarrer et franchement le début est plat, sans réel intérêt.
J'ai aussi été déçue de la finalité du roman. En effet tout au long de celui-ci, l'auteur évoque des maladies similaires au vampirisme ce qui nous fait douter du côté fantastique du roman. Et cela me plaisait justement le fait de varier un peu en utilisant davantage le côté scientifique de la maladie plutôt que fantastique. Alors quand au final c'est bien le côté fantastique qu'à choisi l'auteur on se demande pourquoi tant de discours sur le côté médical des événements.
Par contre pour un roman jeunesse, je ne cache pas que certaines choses seront difficiles à comprendre pour les plus jeunes lecteurs.
Des personnages aucun ne m'a particulièrement marquée et c'est un second regret de ma part. J'aime me sentir à la place des personnages et tout vivre avec eux, ici ce ne fut pas le cas car à aucun moment je ne me suis sentie projetée dans le corps des personnages et je n'ai pas vécu avec eux leurs péripéties et découvertes. 
Je sais que je paraît assez dur mais ces temps-ci peu de lecture captivent mon attention alors soit je deviens très difficile soit c'est parce qu'avec l'arrivée de ma puce je ne parviens plus à me plonger réellement dans un roman. ;
Je verrais bien d'ici peu avec d'autres lectures.
Un roman pour qui?
Pour les plus de quinze ans dû à la complexité de certaines notions abordées dans le roman.
Les plus?
Le style de l'auteur simple et fluide et les nombreuses notions des maladies vampiriques qu'aborde le roman.
Les moins?
Une simplicité d'intrigue un peu énervante vu que l'on s'attend à tout autre chose et l'auteur choisi la simplicité en préférant le thème classique des vampires.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laisser une trace!