samedi 15 octobre 2011

les nuits de Favonio de Carmelo Sardo

Nombre de pages : 320 pages
Edition : First editions
Quatrième de couverture :
 
La nuit, à Favonio, sur le mur d'enceinte du vieux château transformé en pénitencier, un jeune homme prie pour que le vent tombe et qu'il puisse rentrer chez lui. Âgé de 20 ans, il a choisi de faire son service militaire sur l'île. Comme geôlier de chefs mafieux enfermés à vie. Mais bientôt ce monde si éloigné du sien commence à l'envoûter. Désarroi et angoisse cèdent la place à la fascination pour tout ce qui se passe dans les cellules froides et humides : vengeances atroces, privations cruelles, mais aussi histoires de passions dévorantes et de sentiments vrais.
Tandis que le jeune gardien se laisse séduire par le charme âpre de l'île et par les confidences des détenus, l'un des parrains l'observe... et le choisit. Car il a besoin d'un complice pour son projet de rédemption. Une fois ce pacte scellé, le jeune homme voit tous ses projets bouleversés et se retrouve lié à des règles et à des êtres qui vont le hanter jour et nuit...



Voici un roman que je n'attendais absolument pas et qui n'est pas le genre que je lis habituellement. Quelle ne fut donc pas ma surprise de le trouver dans ma BAL. 
La couverture m'a de suite enchantée et en lisant la quatrième de couverture, je n'ai pas hésité, il me fallait le lire!

Ce roman est un roman sublime qui nous transporte dans une prison où les détenus sont tous des gens plus ou moins civilisés qui tentent d'expier leurs erreurs car la plupart sont des mafieux qui ont passé leur vie à détruire celles des autres. L'histoire est donc magnifique et on découvre des personnages vraiment attachant avec le regard du héros qui nous raconte son histoire et la manière dont il va en neuf mois découvrir un monde inconnu qui va à tout jamais changer sa vie. L'histoire est douce, poétique, emprunte d'un sentiment de compassion pour des détenus qui pourtant ne méritent pas notre attachement mais l'auteur parvient à les rendre tellement humains avec leur erreurs, leur doute, leur culpabilité qu'on ne peut que les apprécier et se prendre d'affection pour eux. 

Le personnage principal est aussi un être humain que l'on ne peut qu'apprécier. Il nous permet de voir d'un oeil nouveau la vie carcéral dans une Italie décrites de manière à la rendre sublime et douce. Que ce soit la manière dont le héros devient proche des autres personnages ou ce qu'il va vivre suite à son nouveau métier, on va découvrir à travers lui des histoires émouvantes parfois cruelles qu'on vécut tous les détenus. 

J'ai d'ailleurs grandement apprécié la complicité qui va naître entre lui et un parrain de la mafia dont il deviendra un proche, un ami, un confident. De cette relation va permettre la naissance du fils du parrain de la mafia et c'est vraiment un moment sublime.

En bref j'ai beaucoup aimé ce roman qui se lit un peu trop vite à mon goût, hélas, mais qui nous permet pendant sa lecture de nous évader dans un milieu doux, beau et emprunt d'une tristesse presque palpable grâce à la plume de l'auteur et au choix judicieux d'utiliser des personnages secondaires plus que crédibles.
Merci au forum Club de lecture et aux éditions First roman pour cette lecture sublime.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laisser une trace!